On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel article lecture! Après quelques mois de procrastination littéraire, j’ai repris mes lectures en main, prête à partager de nouveau avec vous mes coups de cœur… ou pas!

Et pour débuter, parlons de Demain les chats de Bernard Werber aux éditions Albin Michel.

L’Histoire:

« Pour nous, une seule histoire existait: celle de l’humanité. Mais il y a eu LA rencontre. Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée. »

C’est l’histoire de Bastet et Pythagore, deux chats voisins qui vont découvrir l’horreur de l’humanité au travers d’une guerre impitoyable dans les rues de Paris qui, non seulement engendre la destruction de la capitale, mais entraine également l’invasion des rats dans la ville qui est source de terreur et de maladie. Bastet et Pythagore vont devoir unir leurs forces pour survivre et sauver l’humanité.

Dans le livre, c’est Bastet qui est la narratrice: une chatte tout à fait normale, remplie d’amour pour sa maitresse. Pyhtagore, quant à lui, est un siamois, ancien chat de laboratoire à qui sa maitresse a implanté un « Troisième Œil »: un connecteur USB qui lui permet d’avoir accès à internet et ainsi de s’instruire, d’obtenir la Connaissance. C’est en réunissant leurs forces et leurs savoirs qu’ils avanceront sur le chemin de la liberté.

Mon avis:

Je vais être honnête, je connaissais l’auteur de nom mais je n’avais lu aucun de ses autres ouvrages. Je ne savais donc pas à quoi m’attendre d’autant que c’est un livre qui m’a été offert à Noël et pas un livre que j’ai choisi. Charmée par la couverture, je m’attendais à un histoire de chats plutôt tranquille voire rigolote. Que nenni!

Dès le départ, j’ai trouvé sympathique que l’on se retrouve dans la peau de Bastet et que l’on ait sa vision des humains et de leurs vies. Cela portait à réflexion sur la relation que l’on a avec nos chats, avec les animaux domestiques.

Rapidement l’histoire est devenue triste puis sombre voire glauque. On est dans un contexte de guerrillas, certains passages sont plutôt atroces notamment au moment de l’assassinat des bébés de Bastet ou des hommes qui vont griller un chat au BBQ. en plus de la guerillas humaine, il y a également la guerre entre chats et rats. L’ensemble est assez triste au final.

En ce qui me concerne, l’histoire est un peu trop tirée par les cheveux: un chat connecté à internet par son « Troisième œil »… Mouais, je ne suis pas convaincue!

La seule chose qui m’ait plu et qui remonte le niveau du livre est que l’auteur prend le temps, à différents passages du livre, de nous expliquer l’histoire des chats à travers les âges: leur intégration auprès des hommes, les différents traitements qu’ils ont reçu… J’ai trouvé ces moments enrichissant et ils apportaient un peu de sérénité dans ce livre rempli de négativité.

Ce n’est pas un livre que je retiendrai ni que je recommanderai.

Vous connaissez? On en parle?!

Bises

Laure